Bienvenue en Angleterre > La cuisine descend dans la rue

 

La cuisine descend dans la rue

La street food est devenu un des mouvements gastronomiques majeurs d'Angleterre. Examinons les raisons d’un tel succès et pourquoi ce n’est pas près de s’arrêter.


©Jessie Leong

Pour le gamin du Nord de l'Angleterre que j’étais, street food était synonyme de glace Mr Whippy ou de cornet de frites vendu dans une camionnette. Avec un peu de chance, on trouvait un burger suant le gras dans sa serviette en papier. Rien à voir avec l’offre des rues anglaises d’aujourd’hui. En moins de dix ans, c’est devenu affaire de gourmets, avec des plats du monde entier. Rendez-vous ce week-end dans un marché de street food et vous pourrez savourer des raviolis vapeur asiatiques, des tacos végétaliens ou du poulet de Louisiane préparés dans un van Volkswagen ou une boom-box géante (n'est-ce pas, Hip Hop Chip Shop ?) Le mouvement a pris de l'ampleur depuis son arrivée dans la capitale vers 2010. Désormais, il englobe toute une flotte de vendeurs présents dans des marchés trendy, des festivals et sur des spots soigneusement sélectionnés dans tout le pays. À l’échelle de la Grande Bretagne, la street food génère plus de 600 millions de livres annuels. Le secteur connaît une croissance de 20 % chaque année. Pas étonnant que d'autres villes veuillent leur part du gâteau. D’ailleurs, certains des meilleurs endroits et évènements street food sont hors de Londres.


© Jessie Leong

Trinity Kitchen à Leeds, par exemple, installé dans le centre commercial Trinity, fait tourner cinq nouvelles camionnettes toutes les six semaines. La ville du Nord accueille aussi le festival culinaire indépendant Leeds Indie Food (cette année du 11 au 28 mai).

Birmingham a aussi son premier lieu permanent consacré à la street food, No21 Digbeth, ouvert fin janvier, et participe à des évènements comme Hawker Yard et Digbeth Dining Club, qui a lancé le mouvement de la street food dans les Midlands. Avec une telle croissance, la street food est une réussite nationale. Pourquoi ? Le prix joue assurément. La nourriture de rue est moins chère qu'un restaurant, puisqu'il y a moins de personnel et moins de frais. La qualité est aussi au rendez-vous, les vendeurs cuisinant des produits locaux. « J'achète la plupart de mes ingrédients au marché de gros de Birmingham et chez mes bouchers locaux. Même si on vend à un coin de rue, c'est important d'utiliser de bonnes choses », déclare Lee Desanges, propriétaire de Baked in Brick, à Birmingham, vainqueur des British Street Food Awards 2016. Desanges cuisine des wraps de poulet tikka au barbecue et des pizzas à la napolitaine cuites au feu de bois dans une Mini Cooper customisée. L’ensemble est inhabituel mais apparemment nécessaire : dans ce secteur, le look des véhicules est presque aussi important que les plats. « Les clients achètent d'abord avec les yeux. Ils veulent du spectacle en plus de la nourriture. C'est ce qu'il y a de bien avec la street food : on s'exprime, on peut se lâcher. »

C’est sans conteste une manière nouvelle et plus abordable de manger dehors. La multiplication des clubs dîner et des restaurants éphémères semble confirmer que c’est un désir profond du public. « Nous avons créé une nouvelle manière de manger, de boire, de passer du temps ensemble, avec des bières artisanales, des braseros et des décorations. La street food met de la saveur dans le paysage, revalorise des coins de Grande-Bretagne, avec une cuisine aussi bonne qu'au restaurant et aussi abordable que de la nourriture à emporter » commente le journaliste Richard Johnson fondateur des British Street Food Awards en 2009. « Pour un pays qui était la risée de toute l'Europe, c'est une fierté. ».


© British Street Food